Par les temps qui courent, la parole des femmes se libère sur le sujet des violences sexuelles, physiques ou verbales. Enfin, elles osent dire ce qu’elles ont subi, elles osent dénoncer des comportements honteux, des paroles déplacées. Enfin, parfois, on les écoute !

Malheureusement, je dois être un peu parano car il me semble toujours entendre cette petite voix de la société qui murmure « Elle a dû un peu chercher ce qui lui arrive… ». Alors, j’ai juste envie de hurler « mais NOOOOOOON, elle n’est pas responsable de ce qui lui est arrivé ! ». De quel droit, un homme peut-il se permettre une parole ou un geste humiliant, blessant, dégradant, violent envers une femme sans en porter l’entière responsabilité ? Pourquoi la victime, en l’occurrence une femme, devrait-elle supporter une partie de cette responsabilité, être coupable en quelque sorte, simplement parce qu’elle est une femme ?

Oui, la société a fait du chemin sur le sujet au cours des dernières décennies, mais il reste encore une longue route à parcourir… Et certains comportements ou propos sont totalement banalisés, le fameux sexisme ordinaire que nous vivons quotidiennement ! Les femmes, lorsqu’elles se révoltent et réagissent sont régulièrement accusées d’exagération ou d’hystérie, voire d’ingratitude « Tu devrais être flattée ! »

J’ai deux filles adolescentes et je suis estomaquée quand je les entends dire avec un certain fatalisme : « Une fille qui change souvent de petit copain est une S_ _ _ _E ou une P_ _E, un garçon qui va d’une fille à l’autre, c’est un BG (Beau Gosse) et on l’applaudit presque ! ». Or, ce sont eux, les citoyens de demain. Et, nous avons, nous, parents de ces adolescents, un rôle d’éducation et de sensibilisation pour faire évoluer la société sur cette question. Notre rôle est d’autant plus important que ces agressions verbales ou physiques sont souvent insidieuses, considérées comme mineures. Face à ce sexisme ordinaire, les femmes hésitent alors à les relever et à réagir, craignant d’être mal jugées, de passer pour des grincheuses rabat-joie.

Je vous livre, à titre d’exemple, une expérience personnelle. Ma fille a été convoquée par la gendarmerie pour être auditionnée car un jeune homme tenait des propos à connotation sexuelle à son encontre, des propos humiliants et dégradants. Première confrontation au sexisme… Les gendarmes souhaitaient s’assurer que ces paroles n’étaient pas avérées et que ma fille n’avait subi aucune agression sexuelle physique. A priori, elle était plutôt victime que coupable ! Pourtant, les gendarmes lui ont demandé comment elle s’habillait et si elle avait provoqué le jeune homme, exprimant systématiquement des doutes sur la sincérité de ses réponses. Deuxième confrontation au sexisme… Elle a fini par leur demander, avec toute la fraicheur de ses 14 ans : « Je suis la victime de ces mots qui m’ont salie et j’ai pourtant l’impression d’avoir à me justifier comme si j’étais coupable, est-ce normal ? »

En sortant de cette audition, j’ai rappelé à mes filles qu’une jeune fille, une femme, quelle que soit la façon dont elle marche, dont elle parle, dont elle est habillée, dont elle est maquillée ne peut pas être tenue pour responsable du comportement déplacé, voire violent, de certains hommes.

Je voudrais dire à toutes les jeunes filles, à toutes les femmes : Ne vous laissez pas faire ! Vous n’êtes pas responsable du comportement d’autrui. Alors, selon l’ampleur de ce que vous avez vécu, réagissez, témoignez, parlez, demandez de l’aide, faites-vous accompagner mais surtout ne vous laissez pas détruire. Si vous avez peur de le faire pour vous, donnez-vous du courage et faites-le pour les jeunes filles de demain.

Je voudrais dire à tous ces jeunes hommes, à tous ces hommes mûrs : Je ne suis pas contre vous, loin de là. Je voudrais juste que nous soyons considérées pour ce que nous sommes, au-delà de notre simple enveloppe charnelle. Je sais bien que vous n’êtes pas tous des machos, je sais bien que vous êtes nombreux à considérer et à respecter les femmes. Si vous vous rangez dans cette catégorie, alors, tout simplement nous sommes dans le même bateau ! Ces hommes qui nuisent aux femmes vous nuisent également, par l’image qu’ils donnent de la gent masculine.

__________________

Pour être aidée, pour comprendre, pour réagir

Un numéro vert : 3919 Violence Femmes Infos

Deux sites internet :

Le site Fil Santé jeunes

Site internet super bien fait qui traite de toutes les questions que les ados et leurs parents se posent. Un bon support à la discussion.

Le site #sexismeordinaire

Un blog de témoignage de situations de sexisme ordinaire. Il ne propose pas de solution mais permet de déposer son témoignage et de se sentir moins seule en lisant les témoignages des autres. J’ai envie de croire que plus les témoignages seront nombreux, plus le sexisme ordinaire régressera.

Un roman pour ados :

Strongh Girl For Ever, Tome 3 « Comment arrêter de se faire emmerder », Holly BOURNE

Personnellement, je ne l’ai pas lu et il existe probablement de nombreux livres pour ados sur le sujet. Mais je cite celui-ci car mes deux adolescentes l’ont dévoré. Elles ont retrouvé des situations vécues au collège ou au lycée qu’elles ont pu nous raconter. Ce livre a été l’occasion de longues discussions familiales sur la place des femmes dans la société, sur le féminisme et le sexisme, sur l’importance pour leur génération de trouver un équilibre entre les femmes et les hommes, sans opposer les uns et les autres.

Deux BD fantastiques :

Culottées, Tome I et II, Pénélope Bagieu

De courts récits de femmes exceptionnelles du dernier siècle, qui se sont battues pour rester elles-mêmes, faire ce qu’elles souhaitaient, s’affranchir du joug des hommes, un vrai régal ! A consommer et à offrir sans modération, c’est un si beau cadeau !

Un autre regard, Emma

Il ne s’agit pas d’une BD spécifiquement sur les femmes et sur les violences qu’elles peuvent subir. Mais le chapitre sur la charge mentale aborde la question de la place des femmes dans la société, de leur rôle, de la responsabilité qu’elles endossent malgré elles. Cette bande dessinée fait réfléchir sur ce que nous impose la société en tant que femmes. Elle aborde beaucoup d’autres sujets qui n’ont rien à voir mais qui sont tout aussi intéressants.

Une chanson à écouter avec ses ados :

Balance ton quoi, Angèle

Cette chanson a le mérite de poser les choses simplement : je suis une fille donc jugée moins « valable » qu’un homme aux yeux de la société, mais je t’E_ _ _ _ _E. A chanter à tue-tête avec ses ados pour se donner la pêche, se donner la force de changer les choses et se dire que nous sommes des citoyennes du monde tout autant que les hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis, comme vous, une citoyenne du monde, c'est à dire une citoyenne parmi tant d'autres ! Je ne prétends pas détenir la vérité ni avoir un avis universel. Je souhaite partager avec vous mes pensées révoltées, inspirantes et quotidiennes, pour échanger, comprendre, évoluer, s'inspirer, grandir et si possible contribuer à un monde plus beau !

Pensée du moment
Je suis comme je suis, Je suis faite comme ça, Quand j'ai envie de rire, Oui je ris aux éclats... Un poème de Prévert magnifique pour rappeler que chaque femme a le droit d'être elle-même, indépendamment du regard des autres !
Je me revendique écolo et responsable. Je pense avoir conscience de l’enjeu qu’il y a à changer nos modes de vie et de consommation si nous voulons laisser une planète […]
Un peu d’insouciance, un peu de légèreté, car avec le soleil des beaux jours, un petit parfum des vacances s’annonce. J’aime découvrir le monde, de nouvelles cultures, de nouveaux paysages […]
Inscrivez-vousEt soyez informés par email des nouvelles pensées