Hiver 2020, la neige est la grande absente de cette saison dans les Pyrénées. Pour tenter de maintenir un semblant d’activité touristique, une petite station des Pyrénées centrales, Superbagnères, fait polémique en transportant par hélicoptère de la neige depuis le haut de la station vers l’espace débutant, afin d’assurer l’accueil des jeunes skieurs. L’affaire remonte jusqu’au sommet de l’État, le Ministère de la transition écologique s’offusquant de telles pratiques (et moi avec, même si d’autres stations, notamment dans les Alpes, font bien pire). Le président du Conseil Départemental de la Haute-Garonne rétorque quant à lui que cela a permis de sauver la saison touristique et les emplois induits.

Vivant en montagne, cette perpétuelle opposition entre économie touristique et environnement me désespère ! Pour moi, l’un et l’autre ne sont pas nécessairement antagonistes, d’autant plus en zone de montagne où l’économie repose sur un tourisme hivernal.

POW, pour protéger nos hivers

Quand j’ai découvert la démarche de POW, Protect Our Winters, j’ai enfin trouvé un écho à mes convictions. Porté par des sportifs professionnels, POW est un mouvement de passionnés pour qui la montagne est un terrain de jeu mais également une ressource pour l’économie locale qu’il faut préserver à tout prix. Ces sportifs de haut niveau utilisent leur notoriété pour porter le message qui consiste à dire qu’il n’y a pas lieu de s’opposer mais qu’au contraire il faut unir nos forces pour profiter encore de nos hivers. Quelle belle initiative ! Car l’objectif est bien de limiter le réchauffement climatique pour préserver la planète mais aussi pour sauver nos hivers, nos stations et nous permettre de continuer à faire de belles courbes dans la neige poudreuse : « Le changement climatique ne connaît pas de frontière, et si nous voulons sauver nos terrains de jeux, notre industrie, nos stations et nos communautés contre les effets du changement climatique, il est temps d’agir, ensemble. »

Pour des stations de ski écolos

En effet, pour maintenir les stations de ski en activité, la neige n’est-elle pas indispensable ? Car malgré des équipements couteux et aberrants pour produire de la neige de culture, les stations rencontrent de plus en plus de difficultés pour enneiger leurs domaines en raison de températures trop élevées et de chutes de neige de plus en plus rares. Ainsi, l’observatoire nivométéorologique de Météo France au col de Porte (1325 m, massif de la Chartreuse) observe les températures et hauteurs de neige depuis les années 60 sur la période hivernale (décembre-avril). Le résultat ??? Une augmentation de température de +0,91°C et une baisse de hauteur de neige de -37 cm au cours des 30 dernières années. Plus globalement, Météo France observe une réduction significative du stock nival le 1er mai sur tous les massifs français : -20 kg/ m2 par décennie sur l’ensemble des massifs.

Si la tendance continue, nous sommes mal partis et il en sera fini des stations de ski comme des belles traces sur les pentes enneigées, des igloos, des batailles de boules de neige et des glissades en luge…

Alors, le combat des écologistes et des gestionnaires de station de ski n’est-il pas le même finalement ? N’avons-nous pas tout intérêt à unir nos forces pour faire évoluer les pratiques de consommation et les modèles économiques afin de ralentir le réchauffement climatique et de pouvoir continuer à skier ?

Certaines stations de ski, plus fragiles que les autres, notamment en raison de leur basse altitude, ont commencé à évoluer, à se poser des questions pour limiter leur dépendance à la neige mais également pour adopter des pratiques écoresponsables. Par exemple, un label « Flocon vert » a été lancé pour encourager les stations à avoir une démarche en faveur du développement durable. Ce n’est pas encore l’idéal évidemment, et probablement qu’il y a encore des marges de progrès. Mais c’est un premier pas qu’il convient de saluer et qui va dans le bon sens.

Toutes ces initiatives qui montrent que le tourisme, et notamment en hiver, n’est pas incompatible avec le respect de l’environnement, me font chaud au cœur. Elles me donnent envie de croire que c’est possible, que nous pouvons changer nos pratiques pour garder nos montagnes enneigées tout en continuant à vivre du tourisme, mais d’un tourisme responsable, éthique et écologique !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis, comme vous, une citoyenne du monde, c'est à dire une citoyenne parmi tant d'autres ! Je ne prétends pas détenir la vérité ni avoir un avis universel. Je souhaite partager avec vous mes pensées révoltées, inspirantes et quotidiennes, pour échanger, comprendre, évoluer, s'inspirer, grandir et si possible contribuer à un monde plus beau !

Pensée du moment
Je suis comme je suis, Je suis faite comme ça, Quand j'ai envie de rire, Oui je ris aux éclats... Un poème de Prévert magnifique pour rappeler que chaque femme a le droit d'être elle-même, indépendamment du regard des autres !
Je me revendique écolo et responsable. Je pense avoir conscience de l’enjeu qu’il y a à changer nos modes de vie et de consommation si nous voulons laisser une planète […]
Un peu d’insouciance, un peu de légèreté, car avec le soleil des beaux jours, un petit parfum des vacances s’annonce. J’aime découvrir le monde, de nouvelles cultures, de nouveaux paysages […]
Inscrivez-vousEt soyez informés par email des nouvelles pensées