Dans le tumulte de la société, face à la multitude de sollicitations auxquelles nous sommes soumis, écrasés par la pression d’une réussite sociale et professionnelle imposée, il est difficile de prendre du recul et de choisir VRAIMENT sa vie. Mis sur les rails dès notre plus jeune âge, lancés à grande vitesse dans un rythme effréné, pas facile de sortir du chemin et de se poser des questions sur ce que nous voulons réellement.

Rarement nous y arrivons seuls, plus souvent nous avons la chance de rencontrer une ou plusieurs personnes qui nous bousculent et nous poussent à réfléchir, à prendre le temps de nous interroger. C’est la chance que j’ai eue. D’abord, des parents qui m’ont toujours dit : « Donne toi le droit de choisir, prend ton temps et fais toi confiance ». Ensuite, un conjoint qui relativise tout et répète à l’envi : « Nous n’avons qu’une vie, profitons-en et vivons là à notre image ».

Vous allez me dire que tout ça, ce ne sont que des mots et que ce n’est pas si facile. En fait, au contraire, je crois qu’en pratique c’est assez facile. Le plus dur est d’accepter de remettre en question nos modes de vie et surtout d’assumer de décélérer au regard de la société dans laquelle nous vivons. Dans ce monde qui a mis le travail et la productivité au centre de nos vies, il n’est pas simple de dire « STOOOOOP, je veux faire différemment et surtout moins vite !! ». En arrivant à s’affranchir de ces préceptes, je vous assure qu’une fois la décision prise et assumée, alors tout va mieux et paraît plus simple à mettre en œuvre. Je n’ai pas de conseil à donner en la matière car je crois que c’est un processus personnel. La seule chose que je peux dire c’est : autorisez-vous à prendre de la hauteur un instant et à vous demander si votre rythme infernal vous convient. Si la réponse est non, le plus dur reste à faire, il va falloir assumer de lâcher du lest….

Évidemment, ce n’est pas tout. Ralentir veut aussi et surtout dire consacrer moins de temps à sa vie professionnelle pour rééquilibrer avec sa vie personnelle. Je ne dis pas d’arrêter de travailler car je fais partie de ceux pour qui l’activité professionnelle est indispensable à un bon équilibre. Mais tout est dans le dosage, dans la mesure afin de ne pas se laisser dévorer par son boulot au point d’en négliger tout le reste. Et cela implique très souvent d’accepter de gagner moins. Dans notre course à la consommation, on a l’impression d’avoir besoin de toujours plus, encore et encore. J’ai bien conscience qu’il est difficile de changer ses modes de consommation et d’accepter de gagner moins, surtout pour ceux dont le salaire est déjà maigre. Mais, chacun peut s’interroger pour ralentir à sa mesure, en trouvant un juste équilibre entre le niveau de revenu estimé comme absolument incompressible et le besoin d’avoir plus de temps pour se ressourcer et vivre mieux.

Se libérer du temps ce n’est pas forcément suffisant, car le quotidien peut le remplir aussi efficacement que le travail. Savoir s’arrêter vraiment et prendre le temps des petits bonheurs demande un changement de paradigme. Un jour, j’ai eu une discussion avec une amie qui me disait qu’elle avait du mal à assumer de rester oisive. Et pourtant, c’est l’ennui et l’oisiveté qui sont à l’origine de la créativité et de l’inventivité ! Mais dans notre monde régi par le dictat du travail et de l’hyperactivité, c’est, en effet, difficile à accepter. Ralentir, c’est OSER se donner du temps pour autre chose, rêver, se poser, inventer et s’inventer, échafauder de nouveaux projets, grands ou petits. Ce temps libre est précieux et nous devons apprendre à le préserver.

Et puis, la vie est pleine de ces instants de bonheurs minuscules qui font un bien fou si on arrive à les identifier et à en profiter. Chacun d’entre nous a ses propres petits bonheurs mais trop souvent on les laisse filer, trop stressés, angoissés pour prendre le temps de les vivre pleinement. Personnellement, je m’arrête au moins 5 secondes quand je repère un instant magique pour m’en imprégner. Essayez, vous verrez, juste ça, juste 5 secondes, vous vous sentirez plus vivants !

__________________

Pour apprendre à ralentir

Application « Petit Bambou »

Cette application est payante mais tellement fantastique. Les contenus de méditation sont vraiment de qualité. J’ai commencé l’utilisation de l’application avec mes enfants grâce aux programmes « Enfants 5-12 ans ». Ils n’étaient pas du tout sensibilisés à la méditation et pourtant ils ont accroché. Nous avons fait toutes les séances avec plaisir et nous y revenons régulièrement quand cela est nécessaire. J’ai également expérimenté d’autres programmes, en fonction de mes besoins du moment et cela me fait toujours du bien. Ce temps de méditation est l’un de mes petits bonheurs qui m’aide à ne pas me laisser happer par le rythme frénétique de notre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je suis, comme vous, une citoyenne du monde, c'est à dire une citoyenne parmi tant d'autres ! Je ne prétends pas détenir la vérité ni avoir un avis universel. Je souhaite partager avec vous mes pensées révoltées, inspirantes et quotidiennes, pour échanger, comprendre, évoluer, s'inspirer, grandir et si possible contribuer à un monde plus beau !

Pensée du moment
Je suis comme je suis, Je suis faite comme ça, Quand j'ai envie de rire, Oui je ris aux éclats... Un poème de Prévert magnifique pour rappeler que chaque femme a le droit d'être elle-même, indépendamment du regard des autres !
Je me revendique écolo et responsable. Je pense avoir conscience de l’enjeu qu’il y a à changer nos modes de vie et de consommation si nous voulons laisser une planète […]
Un peu d’insouciance, un peu de légèreté, car avec le soleil des beaux jours, un petit parfum des vacances s’annonce. J’aime découvrir le monde, de nouvelles cultures, de nouveaux paysages […]
Inscrivez-vousEt soyez informés par email des nouvelles pensées